DURCISSEMENT DE LA REPRESSION AU CAMBODGE

ចែករំលែក ៖​

Paris, le 13 décembre 2018

Face à une pression internationale croissante visant à faire rétablir la démocratie au Cambodge, le premier ministre Hun Sen n’a rien trouvé de mieux que d’adopter de nouvelles mesures pour neutraliser les derniers éléments de l’opposition et rendre le rétablissement de la démocratie encore plus difficile.

C’est une véritable insulte à la communauté internationale, notamment l’Union Européenne qui menace le régime de Phnom Penh de sanctions commerciales si Hun Sen n’annule pas les mesures de répression prises depuis 2017, notamment la dissolution du seul parti d’opposition représenté à l’Assemblée nationale, le Parti du Salut National (PSN).

Parmi les nouvelles mesures de répression, Hun Sen a fait adopter ce 13 décembre un amendement à la Loi sur les Partis politiques qui punit de deux ans et demi de prison les 118 anciens dirigeants du PSN qui ne demanderaient pas auprès de lui – par un véritable acte de soumission – le rétablissement de leurs droits politiques alors que les intéressés avaient été bannis de la vie politique au moment de la dissolution de leur parti par la Cour Suprême le 16 novembre 2017. C’est Staline et Kafka réunis (*).

Par cette réhabilitation sélective, conditionnelle et surveillée de ses opposants politiques Hun Sen poursuit deux objectifs: tromper la vigilance de la communauté internationale et diviser voire casser définitivement le PSN dont le président, Kem Sokha, est détenu en résidence surveillée et les dirigeants les plus actifs contraints à l’exil.

Sam Rainsy
Co-fondateur, ancien Président et Président par intérim du PSN

(*) Extrait du journal Phnom Penh Post, 13 décembre 2018 :
<< Hun Sen warned that barred politicians could face prison as well as have a chance of having their bans lifted when the proposed amendment takes effect. “People need to bear in mind that those opposing the Supreme Court’s verdict will not get political rights and will face jail because a violation of a Supreme Court verdict will result in a sentence of two-and-a-half-years in prison after the law change takes effect,” the prime minister said. >> https://www.phnompenhpost.com/…/rainsy-warns-betrayal-if-11…

Flag Counter